Parmi les rituels d’un mariage juif, le mikvé (ou mikivé) est une étape importante. Ce bain purificateur dont on trouve les premières mentions dans l’Ancien Testament, concerne les hommes et les femmes et reste très important pour les futurs mariés dans la tradition judaïque.

C’est quoi le mikvé ?

Traditionnellement, l’avant-veille du mariage, la future mariée doit se rendre au bain, nommé mikvé. Cette action vise à purifier la femme avant d’être donnée à son futur époux. Elle peut réaliser cette action seule ou accompagnée par les femmes de sa famille (souvent sa mère et sa belle-mère) et d’amies. Ce bain peut s’accompagner d’une dégustation de gâteaux préparés par la mère de la future mariée. Ce plateau de pâtisserie intégrera, par exemple, des beignets au miel, symboles de fertilité.

Le rituel se déroule à la tombée de la nuit et commence par un nettoyage complet. Il faudra ainsi se démaquiller totalement (même le vernis à ongles), démêler ses cheveux, brosser ses dents et couper ses ongles de main et de pied. La femme doit retirer tout objet (bijoux). Vient ensuite la douche. Il ne doit rester aucun corps étranger ou cheveu sur vous.

Une fois propre, elle sera interrogée par la femme qui travaille au mikvé (la banalite pourra aussi lui donner des cours) sur le fait qu’elle a bien respecté les sept jours purs. Celle-ci peut vérifier que toutes les parties du corps sont propres. Autrement, la future mariée devra le faire elle-même. La banalite l’accompagne alors au bain en récitant la bénédiction (Barou’h ata ado-naî élo-hénou, mele’h haolam, achère kidéchanou, bémitsvotav, vétsivanou, al ha tévila).

L’immersion dans le bain (ou Tévila) est un moment à part entre la future mariée et Dieu. Il est important que chaque partie du corps entre en contact avec l’eau. Il est donc recommandé d’écarter légèrement les jambes, les doigts, les bras…

C’est alors le moment parfait pour demander des bénédictions pour favoriser la future union.

Il est alors temps de sortir du bain. La banalite vous tend alors une serviette et vous dit « Casher ». Vous pouvez ensuite quitter le mikvé.

Bien préparer son mikvé

Le mikvé devra avoir lieu 48 heures avant le mariage. Le choix du lieu où sera pris le bain purificateur est important. Demandez alors au Consistoire la liste des bains disponibles autour de chez vous. En effet, on ne peut se baigner n’importe où. Des règles strictes sont présentes dans le traité Mikvaot de la Michnah pour créer un bain purificateur (construction, eau à utiliser…) selon la tradition ancestrale.

Il est aussi important de faire la liste des personnes qui vous accompagneront. Si vous êtes peu nombreuses, inutile de réserver. Si au contraire, vous souhaitez faire de ce moment une petite fête et inviter de nombreuses femmes, prévoyez d’en avertir le mikvé. Ces invitées pourront aussi participer au rituel des spectatrices.

Penser à préparer un petit sac avant votre visite. Celui-ci contiendra une serviette, des chaussons et un bonnet pour vos cheveux si vous le souhaitez. Vous emporterez également une brosse à cheveux, du shampooing et de la crème pour après le bain. Idéalement, après un mikvé, il faut porter des vêtements neufs. Vous pouvez donc vous faire plaisir en achetant une tenue que vous prendrez avec vous (tenue tsniout).

Si vous avez organisé une petite fête, pensez aussi aux cadeaux que vous offrirez à vos copines.

Une symbolique importante

Le mikvé est avant tout un bain purificateur. La future mariée arrivera donc le jour J pure et « propre ». Le mikvé traditionnel est composé d’eau naturelle. Par le passé, les Juifs pouvaient se rendre dans les rivières pour se purifier.

Yahvé intima l’ordre aux Juifs de s’immerger avant de le retrouver. Cette purification est aussi indispensable, par exemple, lors d’une conversion.

Nous avons déjà mentionné que les femmes ne sont pas les seules à pouvoir pratiquer le mikvé. Avant le jour de leur mariage, les hommes sont aussi invités à se baigner. Ils seront ainsi « propres » pour recevoir leurs épouses et entamer la vie à deux. Symbole de fertilité, c’est alors aussi une façon de bénir l’union et de favoriser la descendance.

Une fonction spirituelle est aussi largement mise en avant par ce rituel. Il permet de se rapprocher de ses racines (et traditions) juives. Mais aussi de prier, seul face au Créateur. Certains mikvés disposent d’une fenêtre de toit qui permet de voir le ciel et les étoiles. C’est un lien direct avec le Créateur. Ce contact est un moment à part pour se ressourcer et penser aux choses importantes dans sa vie. Cela peut être une étape pour s’élever.

Le mikvé peut aussi symboliser le ventre maternel. La personne qui se baigne est nue, sans artifices. Il peut alors s’agir d’une renaissance, du passage de la jeune femme à la femme mariée. Une fois le bain réalisé, la future épouse va recevoir les félicitations de ses proches. C’est un premier jalon dans le processus du mariage. La femme est déjà « un peu » mariée.

Cette purification est capitale pour une future mariée. Elle obtiendra d’ailleurs un certificat à l’issue du rituel qu’elle pourra présenter à la famille de son futur époux.